Téléphone : 05 81 40 50 29
| E-mail : pasde5gici@gmail.com

La lettre de janvier 2021

Un mot sur le futur démantèlement d’EDF« pour favoriser la concurrence, donc baisser les prix et se rapprocher du client »

opérateurs injoignables, démarches téléphoniques et numériques interminables…+ 75% d’augmentation des tarifs du gaz depuis 2005 +36% d’augmentation des tarifs de l’électricité depuis 2003 Interventions payantes, délais plus longs,agences locales fermées, facturation selon la loi du marché…

Il s’agit du projet « Hercules » : suivez bien ce qu’on vous en dit en gardant -surtout- votre libre arbitre pour ne pas vous laisser abuser par les « astuces médiatiques ».

LINKY TOUT AZIMUT !

  • Linky perd de plus en plus des batailles juridiques: 17/11/20 1/La justice a donné raison à un particulier, dans l’Hérault, qui refusait depuis un an l’installation du compteur dans son logement neuf.
  • La Cour d’appel de Bordeaux qui a reconnu, les dommages causés par ses rayonnements.14/12/20 3/Une habitante EHS de Tours s’est aussi vu retirer son compteur.Sacrées victoires pour les « anti Linky » car, en reconnaissant des risques inhérents aux champs électromagnétiques, ainsi qu’une « fonction illicite » au compteur Linky, la justice renforce leur combat.
  • Une habitante EHS de Tours s’est aussi vu retirer son compteur.Sacrées victoires pour les « anti Linky » car, en reconnaissant des risques inhérents aux champs électromagnétiques, ainsi qu’une « fonction illicite » au compteur Linky, la justice renforce leur combat.

Ainsi,chaque consommateur, même non-victime des ondes, verrait sa position renforcée.

NANTES : Débat public sur la 5G en février 2021 .

La ville prendra ses décisions à l’issue malgré la faible marge de manœuvre des collectivités dans ce domaine. La maire, Johanna Rolland :

« Dire oui à la 5G, la refuser ou demander sa régulation. Ce débat territorial peut aussi faire évoluer la situation nationale. Comme poser la question du principe de précaution, et non plus seulement des raisons d’urbanisme, pour refuser l’implantation d’une antenne. En outre, Je remercie les opérateurs qui ont pris leurs responsabilités en n’allumant pas la 5G à Nantes pour permettre un débat apaisé respectant toute la diversité des points de vue ».

N5G :L’aviation civile ouvre une polémique avec les opérateurs

« Les antennes 5G installées dans les aéroports risquent de perturber les systèmes de guidage à l’intérieur des avions. C’est ce que soulève la DGAC (direction générale de l’aviation civile) en s’appuyant sur un rapport affirmant que la bande des 3 Ghz utilisable pour la 5G pourrait créer un « risque majeur » pour les radioaltimètres des avions qui passent aussi par ces fréquences. » 

« Cette réserve a provoqué la colère des opérateurs. En effet, elle risque de ne pas permettre d’installer des antennes non seulement dans les aéroports mais aussi dans les agglomérations qui se trouvent à proximité. »

« Il ont adressé une lettre à Cédric O, ministre chargé du Numérique et des Communications électroniques, pour l’informer de leur étonnement sur ce risque et prévenir des conséquences. » SFR menacerait « de ne pas verser les 118 millions d’euros dus à l’État tant que la situation n’est pas résolue ».

De son côté, Bouygues Telecom exigerait d’être indemnisé, voilà un nouveau caillou dans la chaussure du Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques.

LETTRE AU SDIS (Les pompiers) envoyée par l’ONG Robin des Toits dans toute la France :

Objet : information sur les risques sanitaires causés par les champs électromagnétiques artificiels.

Madame, Monsieur,

Les effets des champs électromagnétiques artificiels (CEM) sur la santé sont documentés depuis longtemps, et bien connus des responsables politiques comme des industriels eux-mêmes.Trois types d’accidents de santé peuvent notablement augmenter les appels à vos services :

Accidents vasculaires cérébraux :

Les champs électromagnétiques artificiels provoquent une hypo-vascularisation du cerveau

Ainsi, en Alsace, l’association Réseau Environnement Santé s’inquiète du nombre d’ AVC, passé de 29 à 120 pour 100 000 habitants de 1997 à 2014.  pour une population jeune, soit de moins de 45 ans.

Crises d’épilepsie :

Différentes études soulignent depuis longtemps l’existence d’un lien entre le déclenchement des crises d’épilepsie et l’exposition aux radiations non-ionisantes car celles-ci modifient l’activité électrique cérébrale, précisé par l’Electro-Encéphalogramme.

Il est démontré que les CEM, que ce soit en EBF (Extrêmement Basse Fréquence) comme ceux de l’électricité, ou en RF(Radio-Fréquences) tels ceux de la téléphonie mobile, peuvent déclencher des crises d’épilepsie.

Problèmes cardiaques :

La recherche du docteur Magda Havas(Université de Trent au Canada), publiée en 2010 dans le Journal européen d’Oncologie, a montré que les téléphones sans fil fixes transmettent un signal pulsé et ont un impact sur le rythme cardiaque, qui peut pratiquement doubler dans certains cas. Idem pour les routeurs ou  points d’accès WiFi.

Ces trois accidents de santé sont parmi ceux recensés par 200 médecins allemands en 2002 et confirmés par l’Appel international de 1000 médecins en 2012.

Nous ne sommes certes pas habilités à faire des études sanitaires, mais nos observations de terrain et nombre de signalements reçus et lus dans les médias nous font prendre conscience de l’ampleur de ces symptômes.

Vous aurez assurément aussi à intervenir auprès des personnes électro-hypersensibles en détresse, l’augmentation des communications liées au confinement les affectant gravement.

En tant qu’association de prévention des risques sanitaires des technologies sans fil, il est de notre devoir de solliciter de votre part une demande de communiqué aux autorités concernées, afin qu’elles incitent nos concitoyens à privilégier les solutions filaires, évitant ainsi d’ajouter d’autres drames à la situation actuelle.

Vous remerciant pour votre précieux soutien, nous vous adressons, Madame, Monsieur, nos meilleures salutations.

PRIARTEM et  « Agir pour l’environnement » : se battre et encore se battre !

Le Conseil d’Etat a été invité par ces ONG à poser une question à la Cour de Justice de l’Union Européenne.

A l’occasion de l’audience publique du vendredi 18 décembre, le rapporteur public a estimé que l’arrêté fixant les conditions de délivrance et d’utilisation des fréquences dans la bande 3,5 Ghz  pourrait être considéré comme  ayant une incidence sur l’environnement et nécessiter une évaluation environnementale préalable.

Si le Conseil d’Etat suivait l’avis du rapporteur public, la Cour de Justice de l’Union Européenne devrait alors se prononcer expressément sur cette question, ce qui pourrait avoir un impact sur le déploiement de la 5G non seulement en France mais également potentiellement dans les autres pays de l’Union européenne.

Allez ! Ca commence :

31 décembre, quelques médias se sont fait l’écho d’un rejet des recours engagés devant le Conseil d’Etat par les associations Priartem et Agir pour l’Environnement dans le dossier 5G.

Avec force détails, ces médias ont eu accès à une information que seul le Conseil d’Etat est en mesure d’avoir diffusée. Les associations s’étonnent de cette façon de faire et souhaiteraient connaître précisément comment, quand et qui, au sein du Conseil d’Etat, a été autorisé à diffuser une décision que les requérants et leurs avocats n’ont reçu formellement que 4 jours plus tard.

Il est pour le moins curieux que la plus haute juridiction administrative se prête à ce qui pourrait apparaître comme une volonté de réserver une information à certains médias triés sur le volet en jouant la carte du scoop sans respecter les procédures habituelles.

Le Conseil d’Etat rejette ainsi la demande formulée par les associations de mener à bien une évaluation environnementale et sanitaire avant tout déploiement de la 5G et une mise au débat public, comme le prévoit pourtant la directive relative à l’évaluation environnementale des plans et programmes.

Les associations dénoncent cette décision de la plus haute juridiction administrative, d’autant plus regrettable que :

Le Haut Conseil pour le Climat demande une évaluation environnementale de l’impact de la technologie avant d’attribuer de nouvelles fréquences 5G et estime d’ores et déjà que « la 5G est susceptible d’augmenter significativement » l’empreinte carbone du numérique, qui représente actuellement environ 2% de l’empreinte totale de la France, soit à peu près autant que le secteur aérien.La 5G devrait également entraîner une hausse de la consommation d’électricité.Le HCC informe et responsabilise les usagers, particuliers comme entreprises :Les usages sont disproportionnés ( vidéo HD sur téléphone), pointe également les offres illimitées comme du « gaspillage »etrecommande de prêter une attention particulière aux possibles interférences de certaines bandes de la 5G avec les relevés satellitaires, qui inquiètent les météorologues.La présidence du Sénat, commanditaire du rapport, a de son côté estimé que les conclusions « confortent » une proposition de loi « visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique » que la haute assemblée doit examiner le 12 janvier.

Et ça continue…

Ex-cadre de France Telecom-Orange, la députée Laure de la Raudière vient d’être proposée par le chef de l’Etat pour prendre la présidence de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse créée le 5 janvier 1997.

Mission : accompagner l’ouverture à la concurrence du secteur des communications électroniques, afin que de nouveaux opérateurs puissent émerger aux côtés de l’opérateur historique (France Télécom, devenu Orange), et ce, au bénéfice de l’utilisateur final.).

Sans préjuger de son action, les associations Agir pour l’Environnement et PRIARTEM ne peuvent que rappeler l’opposition constante de Laure de la Raudière au principe de précaution et son enthousiasme à porter les arguments des industriels du secteur, notamment à l’occasion des débats entourant l’adoption de la proposition de la loi Abeille sur la sobriété électromagnétique.

La députée, s’est également illustrée par un soutien constant au déploiement de la 5G en France. Un nouveau pas dans le passage en force est en passe d’être franchi.

Ne nous étonnons pas donc, de cet autre passage en force :

La CLCV vient d’attaquer SFR et Orange en justice pour « pratiques commerciales trompeuses ».

«  Il va falloir passer à la 5G, bien plus performante ! » tel est, en substance, le message des 4 opérateurs téléphoniques, qui se livrent à un matraquage publicitaire en règle. La 5G ne correspond pas à un besoin pressant » , dans la mesure où 73 % des quelque 1000 personnes interrogées par l’association sont satisfaites de leur couverture actuelle en 4G.

« Depuis octobre, pourtant, la commercialisation des forfaits 5G a débuté, alors même que le déploiement de ce réseau ne s’achèvera qu’en… 2030 !

C’est peu dire, donc, que les consommateurs n’y auront pas accès tout de suite… » Cela ne gêne apparemment pas certains opérateurs, qui ont déjà revu leurs forfaits à la hausse, au motif qu’ils sont « 4G compatibles 5G ».

Ainsi, le forfait  de SFR passera de 20 à 25 euros par mois pendant un an,chez Orange, le même forfait  passera de 19,99 euros à 24,99 euros par mois avec engagement de douze mois,  il faudra également acheter de nouveaux téléphones ».

Orange affirme, sans rire, « la 5G Orange est arrivée », alors que le réseau 5G n’est pas effectivement disponible là où habite le consommateur

Autre reproche formulé par la CLCV : si tous les opérateurs vantent des débits supérieurs, qui permettent de surfer plus vite sur Internet, « aucun ne donne les débits réels «  débit théorique maximal », c’est celui qu’on obtient lorsque l’on est seul à côté d’une antenne-relais, ce qui n’arrive jamais !

Les Français vont souscrire ces forfaits pour Noël, sans avoir accès au nouveau service promis avant longtemps ! » ; Le procès devant le tribunal de Paris aura lieu en mai 2021.

Au vu de tout cela, « il est  urgent d’attendre, avant d’aller vers la 5G »

Partagez

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

D'autres articles...

La lettre d’avril 2021

Le linky vous préoccupe car les poseurs reviennent dans Albi-agglo. Pourtant ce n’est pas comme si on n’avait jamais fait de réunions d’information, jamais été
> Lire l'article