Où trouve-t-on la 5G dans le travail ?

Les robots

Cette vidéo d’animation abordant trop de problèmes en 3 mn, pose néanmoins les bonnes questions…subtilement.

Cela amène ainsi à plusieurs réflexions :

– On vous dira ainsi facilement que la situation s’apparente à celle de la révolution industrielle au 19ème siècle : violente et rapide mais ne concernant que les métiers manuels.

Incomparable, vraiment, avec la vitesse exponentielle du numérique et touchant aussi aux métiers intellectuels.

– Ce qui est nommé pudiquement « l’arbitrage entre le coût des machines et le salaire des humains » n’est rien d’autre  que la non-compensation des pertes financières des chomeurs du numérique par les propriétaires des robots : dans une économie libérale, pourquoi le feraient-ils ?

– La conclusion employant le mot « précarité » annonce bien cet avenir déjà présent

 

Qu'impliquerait la 5G dans le travail ?

> Perte d’emplois

Cet intervenant, partie prenante dans l’IA, résume assez bien le problème de la perte d’emploi dûe aux robots(qui ne fonctionneront pas sans la 5G) sauf qu’il :
-ne tient pas compte de l’évolution trè rapide de l’IA qui va dons accélérer les pertes d’emploi.
-utilise des mots choisis, à la fin, pour ne pas expliquer directement qu’il a été facile de taxer le travail mais que ce ne sera pas aussi facile de taxer le capital dont le robot fait partie !

> Effet climatique 

Voilà qui est très clair.
Pourtant où est l’économie de papier et donc d’arbres qu’on nous promettait grâce à internet ?
Heureusement que l’Ademe est là pour nous informer ; mais pourquoi alors peu le savent ?
Les chiffres vertigineux sont ils là pour nous donner « le tournis » et nous empêcher d’agir ?
Des solutions simples ? Comme pour le portable,on peut éviter d’utiliser sa boite mail comme si on était en face à face : on ne l’est pas.
Allez une vidéo pour une première piste

Un lien pour aller plus loin : reseauactionclimat.org

> Robots 

cette société qui a comme principal client le Ministère de la Défense U.S a été rachetée par Alphabet(Google) puis par Softbank, une banque Japonaise.


Ces robots qui font peur préfigure bien le travail d’amélioration sur les robots : on ne montre ici que la partie non militaire.

> Gain – Business

Les « cobots », encore un mot qui pourrait sortir de la « novlangue » sorti tout droit de « 1984 » de G.Orwell.

On nous met inévitablement en avant la possibilité de mieux soigner l’autisme, ce qui est bien.Néanmoins, la jeune femme n’a pas l’air sûre d’elle à 100% quand elle indique que les robots ne vont pas nous remplacer.La fin de cette vidéo nous précise la réalité plus crue, moins bisounours !

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer cette vidéo de France Info qui a une belle conclusion (on se dit alors bien rassuré). France Info a changé depuis 1 an, vous ne trouvez pas ? Ils n’hésitent pas à annoncer 17% de perte d’emploi dû aux robots au travail (3 fois moins que les autres médias). Quand à ce robot occitanien , son nom n’est pas un hasard : il va en vérité oeuvrer dans la nouvelle « usine du futur » d’Airbus où 80% des emplois manuels seront remplacé dans 3 ans !